Mon blog de sciences et de géographie

Louis Mandrin

Louis Mandrin

 
Il est né le 11 février 1725 à Saint-Etienne-De-Saint-Geoirs.

Au temps des rois, Mandrin s'attaque aux puissants

Nous sommes en 1754.

Louis Mandrin a 27 ans.

Il veut se venger des fermiers généraux car il croit que c'est eux qui ont pendu son frère, Pierre Mandrin.


Mandrin attaque un entrepôt de tabac

Au début de l'année 1754, Mandrin déclare la guerre à la puissante Ferme générale (c'est une compagnie qui regroupe des nobles et des financiers et qui perçoit les impôts indirects dans le royaume).

La légende de Mandrin est en marche...

Plusieurs régiments royaux dont ceux de Fischer et de La Morlière essayent de barrer la route à Mandrin.

Mais Mandrin est un homme rusé et il échappe tout le temps à ses poursuivants et il rend les poursuivants ridicules.

  la principale arme de Mandrin : sa cartouchière exposée au Musée Dauphinois de Grenoble

Cette cartouchière date du XVIIe siècle.

Elle est en cuir avec un rabat.

Elle est décorée de broderies.

Elle est constituée de 23 compartiments à cartouches encadrés de deux poches en forme de bourse avec un petit rabat.

La cartouchière se termine d'un côté par une lanière avec une bouche métallique.

L'autre partie de l'attache est manquante.

Sa longueur est de 73 cm.

Sa hauteur est de 10,5 cm.

Son épaisseur est de 6 cm.

Ses principales armes :

  • Sa cartouchière

  • Sa carabine


La première campagne de Mandrin

Début : 5 Janvier 1754

Fin : 8 avril 1754

A l'époque, la Savoie ne fait pas encore partie du Royaume de France.

Mandrin est réfugié en Savoie.

Le 5 Janvier 1754, à la tête d'une douzaine d'hommes, il pénètre en France par la Chartreuse.

Voici un tableau de ce qu'a pillé Mandrin avec sa première campagne.

Date Ville, Village ou Hameau
7 Janvier 1754Curson (à proximité de Romans)
8 Janvier 1754 
Le Grand Lemps

9 Janvier 1754Saint Etienne de Saint Geoirs
25 Mars 1754
A proximité de Rodez (Château de Bourzanel)

4 Avril 1754 Châtillon de Michaille

Mandrin regagne la suisse par la route de Genève.

La seconde campagne de Mandrin

Début : 6 juin 1754

Fin : 9 Juillet 1754

Au début du mois de juin 1754, la bande de Mandrin rentre à nouveau en France par le Massif de la Chartreuse en Dauphiné.

Elle traverse le Guiers à la tête d'une trentaine d'hommes. 

Un tableau de ce qu'a pillé Mandrin avec sa seconde campagnie.

Date Ville, Village ou Hameau
7 Juin 1754

Pont de Claix (à proximité de Grenoble)
10 Juin 1754

Savasse (Entre Derbières et Leyne, Hameau de la commune de Savasse à proximité de Montélimar)
11 Juin 1754

Saint Bauzile en Vivarais (Cabaret de Tioulle)
22 Juin 1754

Millau
23 Juin 1754

Saint Rome du Tarn
24 Juin 1754

Saint Affrique
Juin 1754

Vabre
30 Juin
1754

Rodez
Juillet 1754 Rignac
3 Juillet 1754

Mende
9 Juillet 1754 Saint Etienne de Saint Geoirs

Mandrin prend la route de Grenoble, pénètre en Savoie par les montagnes de la Chartreuse et regagne la Suisse.

La troisième campagne de Mandrin

Début : 28 ou 29 juillet 1754

Fin : Août 1754

Après deux semaines de repos et de préparatifs en Suisse, Mandrin revient en France fin juillet à la tête de ses margandiers en passant par la Franche Comté.

Voici un tableau de ce qu'a pillé Mandrin avec sa troisième campagne.

Date Ville, Village ou Hameau


28 juillet 1754

Mouthe (Douane)
28 Juillet 1754

Chauneuve (Douane)
28 Juillet 1754

Censeau (Magasin à sel comtois)
8 Aôut 1754 Saint Chamond

Aprés Saint Chamond la bande de Mandrin regagne la Savoie.

La quatrième campagne de Mandrin

Début : 20 Août 1754

Fin : 5 Septembre 1754

Mandrin ressort de la Savoie le 20 Août.

Tableau de ce qu'a pillé Mandrin avec sa quatrième campagne.

Date Ville, Village ou Hameau
25 Aôut 1754

Saint Georges d'Aurac (Auberge du sieur Comte)
26 Aôut 1754

Brioude
27 Aôut 1754

Saint Georges d'Aurac
28 Aôut 1754

Craponne
29 Aôut 1754

Montbrison
2 Septembre 1754

Pont de Veyle
5 Septembre 1754 Fort de Joux

Alors que Mandrin est vainement attendu en Dauphiné par les troupes du marquis de Rochebaron, commandant en Lyonnais, il achève cette quatrième campagne et se réfugie en Suisse.

La cinquième campagne de Mandrin

Début : 4 Octobre 1754

Fin : 29 Octobre 1754

Les troupes royales et les employés de la Ferme qui ne parviennent pas à verrouiller toutes les frontières laissent les contrebandiers de Mandrin entrer à nouveau en France.

Ainsi, dans la nuit du 3 au 4 Octobre 1754, ils traversent le Rhône au Pont de Grézin dans l'Ain.

Tableau de ce que a pillé Mandrin avec sa cinquième campagne.

Date Ville, Village ou Hameau
4 Octobre 1754

Pont de Grézin
4 Octobre 1754

A proximité de Châtillon de Michaille
4 Octobre 1754

Nantua
4 Octobre 1754

Saint Martin du Frêne
4 Octobre 1754

Pont de Mailhat
5 Octobre 1754

Cerdon en Bugey
5 Octobre 1754

Poncin
5 Octobre 1754

Neuville sur Ain
5 Octobre 1754

Bourg en Bresse
5 Octobre 1754

A proximité de Chalamont en Dombes
5 Octobre 1754

Saint Paul de Varax
6 Octobre 1754

Châtillon sur Chalaronne
6 Octobre 1754

Saint Triver
7 Octobre 1754

Saint Romain des Îles (Proximité de Romanèche)
7 Octobre 1754

Jullie (Proximité de Beaujeu)
9 Octobre 1754

Charlieu
9 Octobre 1754

Roanne
10 Octobre 1754

Villemontais
10 Octobre 1754

Saint Just en Chevalet
10 Octobre 1754

Thiers
12 Octobre 1754

Ambert
12 Octobre 1754

Marsac
13 Octobre 1754

Arlanc
13 Octobre 1754

La chaise dieu
16 Octobre 1754

Le Puy en Velay
17 Octobre 1754

Pradelles
18 Octobre 1754

Langogne
20 Octobre 1754

Tence
21 Octobre 1754

Saint Didier en Velay
22 Octobre 1754

Saint Bonnet le Château
22 Octobre 1754

Moingt
23 Octobre 1754

Montbrison
23 Octobre 1754

Böen sur Lignon
24 Octobre 1754

Roanne
24 Octobre 1754

Charlieu
25 Octobre 1754

Cluny
25 Octobre 1754

Cluny
26 Octobre 1754

A proximité de Macon
26 Octobre 1754

Pont de Vaux
27 Octobre 1754

Saint Trivier de Courtes
27 Octobre 1754

Pont de Vaux
27 Octobre 1754

Saint Amour en Comté
27 Octobre 1754

Pont de Vaux
28 Octobre 1754 Saint Laurent

Le 28 Octobre, les mandrins pénètrent en Suisse en passant par Les Rousses et le col de la Faucille.

La sixième campagne de Mandrin

Début : 15 Décembre 1754

Fin : Début Janvier 1755

Tableau de ce qu'a pillé Mandrin avec sa dernière campagne.

Date Ville, Village ou Hameau
16 Décembre 1754

A proximité de Besançon
16 Décembre 1754

Arbois
16 Décembre 1754

Mont sous Vadray
17 Décembre 1754

Seurre
18 Décembre 1754

Corberon
18 Décembre 1754

Beaune
18 Décembre 1754

Copeau
18 Décembre 1754

La Rochepot
19 Décembre 1754

Creuzefond
19 Décembre 1754

Autun
19 Décembre 1754

Brion (Hameau de Gueunand)
21 Décembre 1754

Saint Aubin
21 Décembre 1754

Dompière sur Bresbe
21 Décembre 1754

Vaumas
21 Décembre 1754

Servilly
22 Décembre 1754

Breuil
22 Décembre 1754

Chatel Montagne
22 Décembre 1754

Saint Clément (Château du Chêne)
22 Décembre 1754

Cervières
23 Décembre 1754

Noirétable
23 Décembre 1754

Marat (Au lieu dit La Paterie)
24 Décembre 1754

A proximité d'Ambert
24 Décembre 1754

Marsac
24 Décembre 1754

Arlanc
24 Décembre 1754

La Chaise Dieu
24 Décembre 1754

Fix Saint Genex
25 Décembre 1754

Beyssac
25 Décembre 1754

La Sauvetat

Les contrebandiers regagnent le Dauphiné, traversent le Rhône, passent en Provence puis franchissent le col de Tende.

Ils se rendent en Piémont d'où, par la route de Savoie, ils arrivent à Carouge le 24 Janvier 1755.

Il est mort le 26 mai 1755 à Valence.

Les chansons de Mandrin :

  • Le Texte
« Nous étions vingt ou trente,
Brigands dans une bande,
Tous habillés de blanc,
À la mode des...
Vous m'entendez ?
Tous habillés de blanc
À la mode des marchands.

La première volerie
Que je fis dans ma vie
C'est d'avoir goupillé,
La bourse d'un...
Vous m'entendez ?
C'est d'avoir goupillé
La bourse d'un curé.

J'entrai dedans sa chambre
Mon Dieu, qu'elle était grande !
J'y trouvai mille écus,
Je mis la main...
Vous m'entendez ?
J'y trouvai mille écus,
Je mis la main dessus.

J'entrai dedans une autre,
Mon Dieu, qu'elle était haute !
De robes et de manteaux
J'en chargeai trois...
Vous m'entendez ?
De robes et de manteaux,
J'en chargeai trois chariots.

Je les portai pour vendre
À la foire en Hollande.
J' les vendis bon marché,
Ils n' m'avaient rien...
Vous m'entendez ?
J' les vendis bon marché,
Ils n' m'avaient rien coûté.

Ces Messieurs de Grenoble
Avec leurs longues robes,
Et leurs bonnets carrés,
M'eurent bientôt...
Vous m'entendez ?
Et leurs bonnets carrés
M'eurent bientôt jugé.

Ils m'ont jugé à pendre,
Ah ! c'est dur à entendre !
À pendre et étrangler,
Sur la place du...
Vous m'entendez ?
À pendre et étrangler,
Sur la place du Marché.

Monté sur la potence
Je regardai la France,
J'y vis mes compagnons,
À l'ombre d'un...
Vous m'entendez ?
J'y vis mes compagnons,
À l'ombre d'un buisson.

Compagnons de misère,
Allez dire à ma mère,
Qu'elle ne me reverra plus,
Je suis un enfant...
Vous m'entendez ?
Qu'elle ne me reverra plus,
Je suis un enfant perdu ! »

  • La Mandrinade
« Le Mandrin dont tu vois le déplorable reste,

qui termina ses jours par une mort funeste,
Des gardes redoutés, des villes la terreur,
Par des faits inouïs signala sa valeur,
Déguisant ses desseins sous le nom de vengeance.
Deux ans en plaine paix il ravagea la France,
Dans ses incursions, ami des habitants,
Taxa d'autorité les caisses de traitants.
Lui seul à la justice arrachant ses victimes
Il ouvrit les prisons et décida des crimes.
Quoiqu'en nombre inégal, sans se déconcerter,
Aux troupes de son prince il osa résister (...)
Il fut pris sans pouvoir signaler son courage.
D'un œil sec et tranquille il vit son triste sort.

Fameux par ses forfaits, il fut grand par sa mort. »


10/02/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres