Mon blog de sciences et de géographie

Eruption du volcan Islandais Eyjafjoll, les 22 et 23 mars 2010

ÉRUPTION DU VOLCAN ISLANDAIS EYJAFJOLL les 22 et 23 MARS 2010

Après plusieurs semaines d'activité sismique localisée sous l'Eyjafjallajokull dans le sud de l'Islande, l'Eyjafjoll est entré en éruption dans la nuit du 20 au 21 mars 2010 peu avant minuit.

Le volcan est situé sous le glacier Eyjafjallajokull.

La région est peu peuplée mais toutes les habitations situées entre Hvolsvöllur et Vik ont été évacuées dans la nuit par mesure de sécurité.

Le bétail est resté sur place.

Aucune victime ni dégât ne sont à déplorer.

La zone a été bouclée et les routes d'accès ont été fermées jusqu'à nouvel ordre.

Un avion des gardes-côtes avec à son bord, scientifiques et journalistes, a survolé pendant 3 heures la zone de l'éruption pour étudier l'activité et évaluer les risques.

Il s'agit d'une éruption fissurale de 1 km de long vomissant des fontaines de lave.

Elles forment un véritable rideau de feu.

Une quinzaine de coulées de lave s'échappèrent de la fissure orientée nord-est sud-ouest.

Cette fissure s'est heureusement ouverte sur le flanc est du volcan.

Il n'y a donc pas eu d'inondation ni de coulée de boue.

Mais, l'éruption risquerait d'enclencher un jökulhlaup (terme islandais désignant une coulée de boue dévastatrice constituée de débris de roches, de cendres et de glace fondue).

L'éruption fut de type hawaïen.

Le panache s'est élevé à maximum 7km de hauteur.

La plupart des habitants évacuées ont pu rentrer chez eux pour nourrir leurs animaux.

Ceux des 14 fermes les plus proches de l'éruption ont dû attendre jusqu'à lundi 22 mars, le soir, après un jour d'éruption.

La menace était le risque :
  • d'inondation
  • de gaz toxiques
  • de gaz mortels (dioxydes de carbone et de soufre)
  • des projections de lave

Le volcan Fimmvorduhals en éruption le 21 mars 2010 dans le sud de
   l'Islandeprojections de lave  

Les cendres sont retombées sur Hvolsvöllur sous forme de fine poussière grise.

  un panache de cendres expulsé lors de l'éruption

Si les cendres avaient été toxiques (fluorures), elles auraient empoisonner les pâturages environnants et le bétail comme ce fut le cas après l'éruption du Laki en 1783.

Comme c'est la fin de l'hiver, moutons, chevaux et vaches sont nourris par des ballots de foins récoltés l'été passé.

Il a été conseillé aux fermiers de garder le bétail à l'intérieur en attendant le résultat des analyses.

Les autorités craignent que cette éruption ne déclenche le réveil du volcan voisin, le Katla situé sous le glacier Myrdalsjokull.

Une éruption sous-glaciaire serait bien plus destructrice à cause des violentes explosions phréatomagmatiques et des jökulhlaups.

Les séismes qui ont été observés ces dernières semaines sous l'Eyjafjallajokull résultaient de la montée du magma. 

LE DÉROULEMENT DE L'ÉRUPTION :

Lundi 22 mars, l'éruption commence et la fissure s'étend en direction du glacier Mýrdalsjökull.

Elle fait 2 km de long.

L'activité sismique a repris, ce qui indique une progression du magma.

Vers 7h du matin, une forte explosion a projeté une colonne de cendres à plus de 4 km d'altitude.

Les volcanologues ont enregistré une hausse de la température de 6°C et du débit de la Krossá, la rivière glaciaire qui s'écoule dans la vallée de Thorsmork et se déverse dans la Markarfljót.

Puis tout est revenu à la normale après 2 heures.

Un cône de scories s'élève sur les lèvres de la faille éruptive et une nouvelle montagne est en train de naître à Fimmvörðuháls.

Mardi 23 mars, l'éruption se poursuit.

Le champ de lave progresse vers Thorsmork et sa rencontre avec la glace ce qui a provoqué une explosion phréatique.

La colonne de vapeur s'est élevée à 7 km de haut.

Le mauvais temps a sévi toute la journée sur le sud de l'Islande rendant difficile l'observation.



31/03/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres